Premiers Kilomètres - Premiers Massages

Étape 1 : de Thonon-Les-Bains à La Clusaz

Nous voici fin prêts pour le grand départ après une bonne nuit et un copieux petit-déjeuner dans notre hôtel. L'excitation est à son maximum. Nous étions donné rendez-vous à 9:00 pour le départ et nous avons carrément pu partir à 8:57.


Nous commençons gentiment avec une étape de “seulement” 2400 mètres de dénivelé positif et 95 kilomètres. C’est l’une des plus petites étapes mais une très belle mise en jambe. Chacun se tartine de crème solaire et vérifie ses provisions pour la journée. Cela varie d’une personne à l’autre : certains ont prévu une boisson isotonique en plus de leur nougat, d’autres des barres à l’avoine, ou encore leur gel préféré de chez Décathlon.

Nous avons la chance de commencer dans la vallée et pouvons faire des relais de quelques minutes chacun pour tirer le groupe à une moyenne de 30 km/h. C’est donc assez vite que nous arrivons aux premiers dénivelés qui est le col des Gets. L’occasion pour certains de montrer leur entraînement “côte” de l’année.

Le premier vrai test arrive seulement après deux heures avec le premier col : la Colombière. C’est au milieu de celui-ci que nous retrouvons l’étape du tour .

Cette course amateur rassemble 15.000 participants. Nous sommes très heureux de profiter de la route fermée et de l’ambiance de folie pour nous donner un boost d’énergie. Le col en lui-même est une très belle grimpée de 16 km avec un dernier kilomètre à 10,2%. La récompense est une vue magnifique surplombant la vallée


Au sommet nous nous arrêtons pour une quarantaine de minutes pour reprendre des forces et boire un coca. C’est aussi l’occasion de comparer nos performances et ressentis entre nous. Vu qu’il ne reste plus que 17 kilomètres jusqu’à la Clusaz, nous décidons de repartir pour faire notre repas de midi là-bas. La descente est très impressionnante et dans certaines ligne droite nous pouvons pousser jusqu'à 75 km/h.


En bas, nous arrivons au Grand-Bornand qui est la fin de la course et profitons du ravitaillement pour prendre des force pour les derniers kilomètres. Nous finissons en beauté notre première étape en attaquant la première moitié du col des Aravis. Nous pouvons déjà voir certaines mines tirées après l’effort. Après un total de quatre heures et dix minutes , nous sommes enfin arrivés au restaurant de La Clusaz pour notre repas. Nous avons fait une moyen de 23,5 km/h et dépenser plus de 2600 calories. Après notre plat typique montagnard, nous devons finir les 600 derniers mètres pour arriver à l'hôtel La Ferme, à La Clusaz. Cette station typique au milieu de la montagne est parfait pour notre première soirée de repos bien méritée. Nous profitons du sauna avec vue plongeante sur la vallée et chaque coéquipier profite en plus du massage récupérateur offert par MassageMe. Le massage est apprécié de tous et nous sommes sûr qu’il fera la différence.


Le soir, nous avons le choix entre tous les plats de la carte et choisissons encore une fois les plats de la région. C’est ce moment que notre coach choisi pour faire notre maintenant traditionnel briefing. Il nous explique à quoi s’attendre demain et attribue les points de la journée.

C’est aussi l’occasion de vous présenter Baudouin.

Premièrement, comment s’est passée cette première étape ?

J’ai pris beaucoup de plaisir sauf dans les derniers kilomètres du col de la Colombière. J’étais complètement sans énergie.

Tu t’es récemment blessé. Peux-tu nous dire comment cette blessure est arrivée et si tu la ressentie durant la journée ?

Je suis tombé il y a trois semaines en jouant au mini-foot. On a bloqué ma jambe d’appui et les 85 kg de mon corps sont lourdement tombés sur mon poignet. Diagnostic : Micro-fracture ! Pour l’instant mon poignet tient le coup nous verrons plus tard dans la semaine.

Comment as-tu préparé ton séjour ?

Je n’ai pas suivi un entraînement spécifique. Je n’ai fait que quatre sorties à vélo cette année. Le tour des Flandres, la cyclo de Namur, la Chouffe classic et la Granfondo dans les Vosges. Étant passionné par le sport en général, je me perds à en pratiquer beaucoup de différents. Du coup, la condition est relativement bonne, mais l’entraînement n’était pas très rigoureux...

As-tu une nourriture préférée quand tu roules ?

J’aime les produits naturels et ne supporte pas les produits transformés. J’ai tendance à manger une grosse omelette ou une baguette de pain avant un effort physique. Je ne suis pas un grand fervent des barres céréales ou des gels.

De quel coureur cycliste te sens tu le plus proche (passé ou actuel) ? Et pourquoi ?

Au vu de mon poids, c’est inévitablement le nom de Sagan qui va ressortir. J’ai plutôt le look d’un sprinter slave et le style ibrahimovichesque de Peter me plaît beaucoup. D’autres me comparent à un certain Marcel Kittel, coureur allemand.)

As tu une manie ou un signe distinctif ?

Je n’ai pas vraiment de manie avant un programme sportif, juste un passage obligé aux toilettes, principalement dû au stress et à mon alimentation pas très académique... Du coup, je fais preuve d’une consommation excessive d’immodium le jour J

Merci beaucoup Biouls et bonne continuation. Nous nous retrouvons demain pour la suite de nos aventures. N’hésitez pas à nous laisser un commentaire d’encouragement ou à poser vos questions.
Retour aux articles