Détente, récupération musculaire et massages

Jour de repos : Monêtier-Les-Bains

Aujourd’hui nous avons la chance de pouvoir dormir sans réveil. Nous avions bien besoin de dormir après la mauvaise nuit que nous avions passée suite au match de la veille. Cette journée est dédiée à la récupération des trois jours passés et surtout des trois derniers cols qui ont laissé quelques traces.


C’est l'occasion de recharger les batteries. Mais aussi d'accumuler le plus de sucre lent pour les jours avenir. L’un des repas préférés de Bastien pendant le séjour est le porridge. C’est parfait pour emmagasiner le plus de glucide complexe et avoir de l'énergie pour le reste de la journée. Voici une recette facile : Mélanger 40g d’avoine avec une cuillère à soupe de graine de chia et une cuillère de graine de lin. Avec leur forte concentration en Omega-3, lin et chia sont idéaux pour combattre l'inflammation d’après sport. Ajouter 30g de myrtilles ou d’autres baies pour leur propriété anti-oxydante. Saupoudrer de deux pincées de cannelle pour le goût. Le tout chauffé avec du lait ou de l’eau, accompagné de café et c’est déjà une journée commencée du bon pied. Notre coach profite aussi à sa manière de sa journée libre en allant attaquer le col le plus dur d’Europe. Il décide de se lancer à l’assaut du Granon et l’escalade en une heure dix minutes. Nous espérons tous avoir son état de forme dans quelques années.


Nous profitons de cette journée pour visiter Monêtier-les-Bains. Comme son nom l’indique, son attraction principale, c’est ses thermes (une des raisons pour lesquelles nous avons décidé de nous reposer dans ce village). Nous passons deux heures entre bain glacé et hammam pour nous aider à nous débarrasser des contractures. Nous avons choisi de prendre notre repas de midi à Le Montagn'Art. Un restaurant traditionnel français, connu pour ses crêpes salées et Crozets. Certains choisissent de finir leur journée avec le maintenant traditionnel massage sportif. La vue sur la montagne aide aussi à se décontracter.


Aujourd’hui c’est Arthur qui nous partage ses impressions de la journée.

La journée de repos était plus que nécessaire après l'étape reine d'hier. Thermes, massage réparateur, sieste devant le tour de France et demi finale de coupe du monde ; que demande le peloton ? Même si à la fin de la journée les jambes sont toujours aussi douloureuses, ce repos sera sans aucun doute plus que bénéfique pour les trois derniers jours de course. A voir demain dès l'izoard !

Tu as fait de nombreuses sorties cyclotouristes cette année pour te préparer. Laquelle était ta préférée ?

Dans les cyclos auxquels j'ai pris part, le plus dur fut de loin le Mediofondo des Vosges. 145km pour 3000m+. J'ai commencé tranquillement avec Nico et Hippo et au premier ravito je les ai laissé filer pour aller à mon rythme (j'étais bien entendu déjà cramé). Heureusement avant de repartir du ravito, je tombe sur le gruppetto composé d’Aymeric, François et Éric Dembour qui m'ont tiré jusqu'au bout. À l'arrivée, j'ai dû attendre 10min avant de pouvoir reparler aux autres. Malgré 7 gels, et des barres et des barres, j'ai bien cru que j'allais devoir m’arrêter au pied de la dernière bosse... Mais bon c'est pour ce genre d'effort qu'on fait du vélo!

As-tu une manie ou un signe distinctif ?

Sans doute le plus gros cul du peloton, ça fait souffrir en montée, mais ça aide sur le plat.

De quel coureur cycliste te sens tu le plus proche (passé ou actuel) ? Et pourquoi ?

J'ai commencé à aimer le vélo en 2004 avec le prologue du Tour à Liège ; ça coïncide plus ou moins avec la montée en puissance de Boonen dont j'ai suivi les exploits pendant toute la carrière, même si mon moment fort du vélo reste le titre de champion du monde de Phil bien entendu. Le type de coureur que j'apprécie le plus est du genre de Jens Voigt et de Thomas de Gendt : tenter de s'échapper tous les jours jusqu'à ce que ça paye et ne jamais compter ses efforts.

As-tu une nourriture préférée quand tu roules ?

Je carbure pas mal aux gels qui amènent directement un boost même si ça peut provoquer quelques ennuis gastriques. Et j'adore le nougat.

Comment as-tu préparé ton séjour ?

J'ai préparé la RGA, avec quelques cyclo en compagnie d’Hippo et de Nico, et des trajets à VTT jusqu'au boulot, plus un beau triptyque dans les Vosges début mai. Je dois avoir fait 800km depuis le mois d'avril. Jaurais aimé faire plus mais le vélo demande beaucoup de temps pour s’entraîner correctement.

Raconte-moi ton meilleur souvenir sur un vélo.

Mon meilleur souvenir à vélo est sans doute le pire en même temps : la montée du col d'Agnel depuis l'Italie il y a 6 ans. Deuxième plus haut col de France (2744m) à la frontière avec l'Italie, on commence l'approche du col dans une vallée montante de 30km qui n'a l'air de rien, puis depuis Casteldelfino c'est parti pour 20km d’ascension, avec les 10 derniers km à 10%. Horrible. Surtout quand on enchaîne avec l'Izoard par après...

Merci Arthur ! Je te souhaite beaucoup de courage pour la journée de demain.
Retour aux articles