Dernière étape

Etape 6 : La Bolline - Menton

C’est parti pour 80 km et cette fois-ci on ne s’arrête pas avant d’avoir les pieds dans la Méditerranée ! Nous commençons la journée avec un massage d'échauffement pour éviter toute blessure.


Le Col de Turini sera notre dernier vrai challenge avec plus de 15 km et 1100 mètres de dénivelé à du 7,2% de moyenne. Ce col a été rendu célèbre par le rallye de Monte-Carlo qui l’emprunte chaque année afin d’y organiser une spéciale “course de côte”. Nous attaquons par son versant nord qui est plus boisé et donc plus ombragé. A la descente, les lacets s'enchaînent au milieu des gorges et le bitume est recouvert de traces de pneus laissées par les voitures à la précédente édition du rallye. Nous atteignons Sospel et nous abordons notre dernier difficulté du jour, et de la semaine, l’esprit léger et détendu. Mais les organismes sont à bout. Le sommet du col de Castillon nous offre une vue imprenable sur la mer et la vallée du Careï. Menton est proche.


La descente s’effectue à grande vitesse avec la Méditerranée en toile de fond. Nous atteignons Menton en début d’après-midi et nous descendons à l’hôtel de Belgique, cela ne s’invente pas ! Nous déposons nos affaires et nous courons nous jeter, en tenue de cycliste dans le Méditerranée. Depuis le temps qu’on attendait ça !


Nous célébrons notre arrivée et la victoire des Belges pour la troisième place du Mondial avec un peu plus de bière que recommandé pour favoriser la récupération musculaire. Mais notre joie l’emporte après l’accomplissement de ces 700 km.

Malgré tout, la plupart d’entre nous allons dormir raisonnablement tôt vu la journée de retour qui nous attend. Nicolas et Biouls doivent se lever à 5:00 et partir au plus vite avec la camionnette pour avoir une chance de voir la finale de la coupe du monde. Thomas et Bastien ont leur train à 6:00 pour aller récupérer en Provence pendant quelques jours. Le reste de l’équipe se rendra à Nice pour reprendre l’avion en direction de la Belgique. La conclusion de ces sept jours de vélo est que si nous l’avons fait tout le monde peut le faire. Nous avions tous des physiques et des niveaux d'entraînement différents mais nous avons tous réussi le défi ! Nous avons vécu une fantastique semaine et nous réfléchissons déjà à l’épreuve de l’année prochaine.


Nous tenons à remercier François, notre coach, pour avoir su gérer tous les aspects logistiques d’une main de maitre, pour avoir su nous prodiguer de judicieux conseils dans ces cols qu’il connait mieux que quiconque et pour ses anecdotes croustillantes et passionnantes. Merci à MassageMe pour l’aide à la récupération avec tous ces massages sportifs et enfin merci à vous lecteurs pour vos encouragements durant ce périple.

À l’année prochaine.

Retour aux articles